CHRONOLOGIE


 

1900

• 13 juillet : naissance à Santiago du Chili de Juanita Fernández Solar, fille de don Miguel Fernández Jaraquemada et de doña Lucía Solar Armstrong.

• 15 juillet : baptême à la paroisse Sainte Anne de Santiago.

1906

• Juanita fréquente le collège des Sœurs Thérésiennes à Santiago. Elle y apprend à lire. Elle désire déjà faire sa première communion, chose qu'on ne lui permet pas en raison de son jeune âge.

• Depuis son enfance, Juanita fait de longs séjours avec sa famille à Chacabuco, propriété de son grand-père maternel à une soixantaine de kilomètres de Santiago. A l'occasion de ses nombreux séjours à Chacabuco, elle y exercera un véritable apostolat auprès des familles des métayers.

1907

• Juanita entre comme externe au collège du Sacré-Cœur à Santiago.

• 13 mai : sainte mort de son grand-père maternel, don Eulogio Solar Quiroga.

• La mère de Juanita reçoit en héritage une partie de la propriété de Chacabuco. Le père de Juanita, don Miguel, gère les terres de son épouse. Malheureusement, de mauvaises affaires mettront la famille dans des difficultés financières croissantes qui aboutiront à la vente de Chacabuco en 1917.

• Lucho, frère de Juanita, lui apprend à prier le rosaire. Juanita promet de le dire chaque jour, promesse qu'elle tiendra jusqu'à sa mort (à l'exception d'un seul jour où elle oublia).

• Juanita fait sa première confession.

1909

• 22 octobre : Juanita reçoit le sacrement de confirmation.

1910

• 11 septembre : Juanita fait sa première communion qui la marquera pour la vie.

• 12 octobre : naissance d'Ignacio, dernier frère de Juanita.

1914

• Juanita lit l'Histoire d'une âme de Thérèse de Lisieux.

• En décembre, elle est opérée de l'appendicite, opération qui la fait beaucoup souffrir.

• Juanita entend pour la première fois l'appel de Dieu à devenir carmélite.

1915

• Devient interne au collège du Sacré-Cœur à Santiago avec sa sœur Rebeca.

• Juanita commence à écrire son Journal.

• 8 décembre : Juanita fait pour la première fois (et de façon temporaire) vœu de chasteté, "promettant de ne pas avoir d'autre Époux que mon Seigneur Jésus-Christ que j'aime de tout mon cœur et que je veux servir jusqu'à la fin de ma vie."

1917

• 3 janvier : elle offre sa vie à Dieu pour sauver son frère Lucho de ses doutes religieux. Le Seigneur n'accepte pas son offrande, lui disant qu'il l'exaucera plus tard.

• 15 juin : elle reçoit la médaille d'Enfant de Marie.

• La propriété familiale de Chacabuco doit être vendue, suite à des difficultés économiques. La famille de Juanita doit changer de maison à Santiago et réduire considérablement son train de vie.

• Juillet : Juanita lit Élisabeth de la Trinité.

• Août : elle fait une confession générale et reçoit l'assurance qu'elle n'a jamais commis de péché mortel.

• 5 septembre : elle écrit pour la première fois au carmel de Los Andes, exprimant son désir de devenir carmélite. Elle demande à Dieu la force pour vaincre les difficultés pour entrer au carmel: sa santé faible, l'incompréhension que montrera sa famille et les problèmes économiques pour rassembler la dot.

• Décembre : elle obtient de nombreux prix au collège.

1918

• Juanita passe l'été à Algarrobo. Elle forme une chorale paroissiale et fait le catéchisme.

• 12 août : Juanita quitte l'internat du Sacré-Cœur et rentre dans sa famille. Elle y remplace sa sœur aînée Lucita, qui vient de se marier, pour aider sa mère dans les travaux domestiques. Elle se dévoue entièrement au service des siens.

• 7 septembre : elle écrit au carmel de Los Andes pour demander d'y être admise. Elle reçoit une réponse positive.

• Elle lit Le chemin de la perfection de sainte Thérèse d'Avila.

• Elle collabore aux missions paroissiales à Cunaco, dans la propriété de ses cousines Valdés Ossa. L'un des prêtres missionnaires la surprend en jour en extase à la chapelle devant le tabernacle.

• Elle souffre de doutes au sujet de sa vocation: doit-elle être carmélite ou bien religieuse du Sacré-Cœur?

1919

• 11 janvier : accompagnée de sa mère, Juanita rend visite au carmel de Los Andes. Ses doutes s'évanouissent et elle reçoit la confirmation de sa vocation de carmélite.

• 25 mars : Juanita écrit à son père pour lui demander la permission d'entrer au Carmel.

• 6 avril : son père, don Miguel, bouleversé, lui donne une réponse positive.

• Avril : Juanita prépare son entrée au carmel. Tout en étant joyeuse de pouvoir réaliser sa vocation, elle souffre de manière indicible à la perspective de quitter sa famille qu'elle aime tant et que, dit-elle, elle n'aurait jamais quittée pour un homme.

• 7 mai : Juanita entre au carmel de Los Andes. Elle y reçoit le nom de sœur Teresa de Jesús (Thérèse de Jésus). Malgré la souffrance de la séparation, la paix et la joie inondent son âme.

• Teresa accomplit la règle du carmel avec humilité et amour. Elle s'offre pour faire les travaux les plus modestes et les plus désagréables.

• Les lettres de Teresa, écrites depuis le carmel de Los Andes, irradient le bonheur. Elles entraîneront beaucoup de ses amies à la vie religieuse.

• 14 octobre : Teresa reçoit l'habit du carmel et commence son noviciat.

• Teresa, qui a un lien spirituel fort avec sa prieure, souffre par contre de l'incompréhension et des remontrances nombreuses de la sœur pédagogue (adjointe de la prieure pour la direction des novices).

• Épreuves spirituelles diverses : tentations du démon, sécheresses dans l'oraison. Teresa continue de se donner entièrement au Christ dans une grande fidélité à la règle du Carmel.

1920

• Au début du mois de mars, Teresa assure le Père Avertano, confesseur de la communauté, qu'elle mourra dans un délai d'un mois. Elle demande de pouvoir faire des pénitences extraordinaires. Le confesseur, qui ne la croit pas, lui répond que toute carmélite doit être prête à paraître devant Dieu à tout instant et qu'elle doit suivre la règle.

• 1er avril : Jeudi Saint. Teresa commence son chemin de croix à la suite du Christ. Elle passe presque la journée entière au chœur.

• 2 avril : Vendredi Saint. Elle participe à la liturgie. La maîtresse des novices la surprend avec une forte fièvre et l'envoie se coucher.

• 3 avril : Teresa souffre de terribles douleurs.

• 5 avril : elle demande à se confesser et à communier. Elle souffre de terribles tentations de désespoir, le démon voulant la persuader que Dieu la rejette à cause de ses infidélités.

• 6 avril : arrivée au carmel de Los Andes de doña Lucía, mère de Teresa. Elle apporte une permission écrite du Nonce apostolique de faire sortir Teresa de la clôture du carmel afin de l'emmener dans un bon hôpital à Santiago. La prieure fait remarquer à doña Lucía que Teresa n'accepterait pas cela, et ce d'autant moins que si elle venait à mourir en dehors de la clôture du carmel, elle serait considérée comme ayant quitté l'Ordre, perspective qui lui serait insupportable. Doña Lucía comprend que le Seigneur lui demande de faire l'offrande de sa fille.

• 7 avril : Teresa fait profession religieuse in articulo mortis. Les médecins diagnostiquent un typhus avancé. Teresa communie pour la dernière fois.

• 12 avril : Teresa rend son âme à Dieu à 19h15.

• 14 avril : funérailles de Teresa. A la surprise générale, la chapelle du couvent est envahie par des gens de Los Andes, lesquels disent qu'ils viennent voir la petite sainte qui vient de mourir d'amour, alors qu'ils ne connaissaient pas Teresa… La renommée de sainteté de Teresa est donc immédiate.

• 23 novembre : Rebeca, sœur de Teresa, entre à son tour au carmel de Los Andes. Elle a compris que le Seigneur l'invitait à y prendre la place laissée par sa sœur. Elle prend le nom de sœur Teresa del Divino Corazón (Thérèse du Divin Cœur). Elle mourra le 31 décembre 1942 avec une réputation de sainteté.

1947

• 20 mars : ouverture du procès diocésain en vue de la béatification de Teresa de Los Andes. Ce procès durera jusqu'en 1971 et sera suivi, à la demande du Saint Siège, d'un complément d'informations.

1984

• Mort de Lucho (Luis Fernández Solar), dernier survivant des frères et sœurs de Teresa.

1986

• 22 mars : le pape Jean-Paul II signe le décret reconnaissant que Teresa de Los Andes a pratiqué de manière héroïque les vertus évangéliques. Teresa peut être appelée "vénérable".

1987

• 3 avril : le pape Jean-Paul II proclame Teresa de Los Andes bienheureuse à Santiago, à l'occasion de sa visite apostolique au Chili. Teresa est la première chilienne élevée aux honneurs des autels.

• Construction à Auco (à côté de Los Andes) d'un sanctuaire destiné à abriter les restes de Teresa. On construit également des nouveaux bâtiments pour le carmel.

1993

• 21 mars : le pape Jean-Paul II inscrit Teresa de Los Andes au catalogue des saints lors d'une cérémonie de canonisation à Saint Pierre de Rome.



 Imprimer la page